lundi 6 avril 2015

Science-Fiction Vintage - La compagnie des Glaces de G.J Arnaud et L'Ange Gabriel de Bernard Lentéric - French Pulp



G.J. Arnaud

Je ne fuis pas la réalité, je la précède”!

Né en 1928, cet enfant des Corbières à l’accent ensoleillé, écrit dès l’âge de dix ans, marqué par sa terre et les gens rudes qui l’habitent.
Au cours de ses études, il rencontre celle qui deviendra son épouse, la femme d’une vie, la mère de leur trois enfants.
C’est elle qui tape son premier manuscrit alors qu’il est parti à l’armée et qui l’enverra aux editions Hachette.
G.J. Arnaud sera aussitôt publié sous le pseudonyme de “Saint-Gilles” – nom de son village natal !
Ce premier roman, « Ne tirez pas sur l’inspecteur », obtient le Prix du Quai des Orfèvres, en 1952 !

Depuis, sous de nombreux pseudonymes, il s’est attaqué à tous les genres : policier, espionnage, science-fiction, suspense, roman historique, pièce de théâtre…
mais c’est comme auteur majeur de la série “Spécial Police” aux editions Fleuve Noir qu’il s’impose dès 1960, liant son nom à l’histoire du roman policier français et ce malgré sa modestie.

En 1966, le Prix du roman d’espionnage couronne « Les Egarés » et, en 1977, le prix Mystère de la Critique est attribué à « Enfantasme" qui sera adapté au cinéma sous le titres « Les Enfants de la nuit»!

Aujourd’hui on répertorie plus de quatre cents ouvrages à son actif dont de nombreux ont fait l’objet d’une adaptation cinématographique ou télévisuelle: Les longs manteaux, Zone rouge, Sommeil blanc, Un petit paradis, La Tribu des vieux enfants ...
On ne saurait oublier le fleuron de la mythique collection “Anticipation” au Fleuve Noir qu’est la Compagnie des Glaces, avec plus de soixante-deux titres !

Dans son oeuvre il met en scène les gens du quotidien, les petits, ceux que nous côtoyons tous les jours sans les connaître et qui sont, bien souvent, victimes ou bourreaux. Leur passé les poursuit, leur avenir les angoisse, leurs grandeurs et leurs bassesses les habitent.
Miroirs de notre société, nous pouvons nous y reconnaitre sans difficulté. Ce qui différencie cependant ces personnages de ceux du quotidien, c’est qu’ils vont au bout des situations dans lesquelles ils sont plongés, à la fois monstres et proies !

G.J. Arnaud précise :
“Je déteste les personnages d’une seule pièce. S’il n’y a ni ombre ni facettes, aucun personnage ne mérite d’être décrit”
Des personnages à la Pinter.
Les lieux qu’ils fréquentent, les maisons qu’ils habitent deviennent tout aussi importants, lieux de drames et de joie, cadres de la vie.
Si G.J. Arnaud reste en marge du mouvement du Néo-polar, cela ne l’a pas empêché bien avant l’heure de donner à lire sa vision du monde:
“Le mal est dans l’homme et dans la société qu’on lui impose et qu’il accepte… j’essaye d’éviter le piège de l’actualité. Les gens s’y laissent souvent prendre, sont esclaves de leurs idées, de l’ambiance du moment et souhaitent qu’on aille jusqu’au bout d’une demonstration politique ou sociale. Or, le polar a une logique et le crime ne se trouve pas toujours à droite”

On est loin de ce que l’on nomme de façon péjorative “le roman de gare”, plus proche au contraire de cette vraie littérature qui nous laisse une vision de son époque et dont Jay Mc Inerney nous dit :

“Il est important de raconter des histoires, d’inventer des récits qui permettent aux gens de comprendre leurs propres existences, de créer des mythes… La littérature révèle l’essence, la réalité de nos époques.”


Editeur Grand Format France et pays francophones : French Pulp

Droits de traduction disponibles : Worldwide sauf France et pays francophones

L'ensemble de l'oeuvre de G.J Arnaud est disponible pour traduction.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bernard Lenteric est né 1944 à Paris. Il est l’image même de ces autodidactes de l’après-guerre qui, à force de volonté, de sens du risque, de l’aventure, de curiosité, bâtissent leur vie à la force du poignet.

Son école c’est vous, c’est nous : c’est la rue. ll se forme en exerçant les métiers les plus divers; les
«stages» il les a inventés : maître nageur, boxeur, vendeur de savonnettes fabriquées par les nonvoyants, colleur d’affiches, danseur mondain et joueur de poker.

A 37 ans, comme un diable sorti de sa boîte, il devient Producteur et remporte un succès remarqué avec «Le
dernier amant romantique» réalisé par Just Jaeckin.

Il est l’auteur de la sage audiovisuelle « Les maitres du pain ».

Après un séjour de 3 ans à Hollywood où il se consacre à l’écriture de scénarii, il revient en France pour y publier son premier best seller «La Gagne» inspiré d’un milieu qu’il connaît bien, celui des tables de Poker.

L'ange Gabriel :
Gabriel, alias « Gab », c'est pour tous les enfants la baby-sitter parfaite ou le grand frère idéal : un robot intelligent qui peut aussi bien aider à faire les devoirs que jouer aux échecs, préparer à dîner ou consoler un gros chagrin.
En le dotant d'un cerveau autonome, son inventeur, Zef Menzel, un informaticien de génie, a également muni Gag d'une conscience morale, un programme qui lui interdit à tout jamais de nuire aux humains.
Pour faciliter sa fabrication en série, Ted Gulliver, le vieil ami de Zef, tout-puissant P. D. G. de la première firme mondiale d'informatique, a supprimé ce logiciel de bonne conduite.
 Et lorsque des milliers de « Gab » cessent d'obéir, le rêve technologique tourne au cauchemar.

 A savourer fenêtres closes et portes soigneusement verrouillées... (Michel Palmiéri, Elle)

Il enchainera alors succès littéraire sur best-seller avant de s’éteindre en 2009.


Editeur Grand Format France et pays francophones : French Pulp

Droits de traduction disponibles : Worldwide sauf France et pays francophones

L'ensemble de l'oeuvre de Bernard Lenteric est disponible pour traduction.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire